31/05/21, Reprise? Reprise!

Chères lectrices, chers curieux, je vous retrouve aujourd’hui avec grand plaisir !

Depuis ses débuts, il y a un an, publier sur ce blog a été et est une aventure fabuleuse. Il m’a aidé à mettre mes idées en forme, à avoir plus d’aplomb pour militer et créer. Je ne vous remercierai assez, chères curieuses et chers lecteurs pour vos chaleureux encouragements ! Une Si Belle Folie a été la source de nombreuses belles rencontres, et le sera encore, j’en suis sûre. Aujourd’hui, je sais que je ne suis pas isolée, nous sommes de plus en plus nombreux et nombreuses à lutter pour nos droits, à porter des représentations plus justes et plus respectueuses de nos vécus, à faire bouger les lignes, à secouer les normes. Grâce à tous ces échanges, je me sens plus engagée que jamais. Ils nourrissent mon envie de dire, de dénoncer, de proposer, de nous entraider.

Une Si Belle folie revient donc avec une nouvelle formule, plus douce, qui s’adaptera mieux aux rythmes changeants de ma vie et de mes projets. Je ne m’impose plus de publier toutes les semaines, tout en ayant envie de continuer à vous retrouver régulièrement.

Pour commencer ce nouveau chapitre en beauté, je partage avec vous ce joli cliché bucolique pris par mon amie Hélène. Ce petit shooting a été un beau moment lumineux (ce jaune!) de complicité dans ces semaines brumeuses! Je vous invite vivement à aller jeter un œil aux œuvres d’Hélène sur son site, dont voici le lien : https://www.lapetitepaillette.com/.

Je vous retrouve avec joie, pourtant, je ne suis pas très en forme. Oh ! Rassurez vous, je ne suis ni dans les grandes douleurs, ni dans une angoisse agitée. Mais je ne vais pas très bien, je me sens ralentie, à côté de mes pompes, sans enthousiasme. Mon humeur est morose. Chaque tâche est une montagne, chaque effort intellectuel m’épuise, je suis sans envie, sans énergie. Je me trouve toujours, en fait, dans la même situation que celle que j’énonçais lors du dernier Point Météo. Un inconfort de tous les instants s’est installé, depuis déjà plusieurs mois.

Bien sûr, JE SAIS pourquoi je ne vais pas bien. Je ne suis, comme vous tous et toutes, pas épargnée par les limites imposées à nos vies par la crise sanitaire et ses gestionnaires. Sur un plan personnel, il y a eu du changement, auquel je peine à m’adapter. Au fil des semaines, j’ai aussi perdu le contrôle, relâché ma vigilance : je mange mal, et beaucoup trop sucré, je ne fais pas assez d’exercice, et la maîtrise de mon temps m’échappe…

Jusqu’à aujourd’hui, j’ai choisi de compenser en enfouissant tout ça sous des couches de contenus vidéo de qualité souvent douteuse. L’autruche est prise à son propre piège : comment ouvrir une voie quand on a construit sur sa tête une dune du Pilat ?

Le fait de connaître sur le bout des doigts ce que j’appelle la « Théorie du Bien-Être » (manger-bouger et tutti quanti) associé à celui d’être parvenue à construire un bien-être et une sérénité pérennes par le passé constituent des bases solides pour de l’auto-flagellation musclée, sport dans lequel j’excelle. Mais cette fois ci, j’ai ressenti ce ralentissement un peu différemment. S’il y a eu, et s’il y a de la culpabilité à me « laisser-aller », j’ai globalement été beaucoup plus indulgente à mon égard.

Je vis avec des états extraordinaires qui affectent mon humeur de manière chronique, nom de nom ! Il est grand temps que j’apprenne à lâcher du leste et à ne pas teinter chaque relâchement d’une gravité étouffante ! Je vis aussi avec une thyroïde récalcitrante, et les dernières analyses ont montré qu’elle avait besoin d’un coup de pouce supplémentaire, ce qui explique en partie l’abaissement de mon humeur, la sensation de faim permanente. Le réajustement du traitement porte petit à petit ses fruits, ce qui me soulage en partie.

L’état du monde, nos vies sous cloches, la peur et les tensions partout palpables, où même la météo rennaise sont autant de choses sur lesquelles je n’ai pas de contrôle. Je peux choisir de décaler mon regard, mais c’est bien humain de ne pas toujours y parvenir !

Je me sens coupable, mais je me sens aussi fière. Fière d’abord d’avoir réussi à endiguer la construction d’un état dépressif caractérisé qui aurait pu être réellement invalidant. Fière d’avoir réussi à me construire des habitudes et des outils qui lui font barrage, même s’il s’agit parfois de simples sursauts : une balade, un moment avec des amis, une plâtrée de haricots verts. Fière, surtout, d’avoir honoré chacun de mes engagements militants, associatifs et créatifs (1), à l’exception tout de même de deux ou trois beaux actes manqués, et ce même s’ils me demandaient cinq fois plus d’énergie, même si parfois maintenir le masque de stabilité que je m’impose était éprouvant.

Aujourd’hui je suis fatiguée d’être fatiguée, et je sais que le seul moyen de sortir de ce ralentissement est d’établir un programme de remise en forme. Je vous propose, chères curieuses, chers lecteurs, de suivre mes progrès ces prochaines semaines dans la rubrique Journal.

Si vous en avez envie, je vous invite à vous joindre à moi pour créer votre propre programme et bénéficier ainsi de l’émulation et du soutient entre pairs que peut proposer la communauté Une Si Belle Folie. Je vous donnerais des pistes pour choisir vos priorités et établir des objectifs, ainsi que des outils pratiques. Sentez vous libre de partager vos réflexions et vos questions dans les commentaires ou par mail (unesibellefolie@protonmail.com) si vous souhaitez des conseils plus personnalisés.

Je rappelle que je ne suis ni médecin, ni médiatrice de santé pair professionnelle. Je vous propose ce qui a marché et marche pour moi, ce qui m’a été enseigné lors des modules de psychoéducation que j’ai suivi, ce que j’ai glané au fil des lectures et des rencontres.

Se rétablir, partir à la conquête d’une meilleure humeur, d’un regain d’énergie ou d’un retour au calme est un processus engageant, parfois difficile, souvent étonnant. En avant propos de cette série d’article Journal « Remise en Forme » dont le premier volet sera publié dimanche prochain, je vous propose de lire mon Coup de Gueule « Prendre Soin de Soi n’est Pas une Sinécure ! », pour vous convaincre s’il le faut que ma démarche n’est ni celle d’une influenceuse lifestyle, ni celle d’un gourou du développement personnel.

Je me suis demandée, ces dernières semaines, si, vivant une telle baisse de régime, je pouvais encore estimer être rétablie. Ce que je souhaite affirmer, par ce texte, par ce programme de remise en forme, et par cet article Coup de Gueule, c’est que le rétablissement est un chemin, et que se rétablir, c’est justement apprendre à se construire des outils qui répondront à nos besoins à chaque chapitre de notre vies.

À la folie !

Sarah

PS : Première victoire à célébrer avec vous : samedi, j’ai poussé la porte de la salle de sport, pour la première fois depuis le début du mois de mars :).

  1. J’ai été très discrète sur les différents projets militants, associatifs et créatifs qui m’occupent. J’ai très envie désormais de vous en dire un peu plus, mais je ne voulais pas tout mélanger aujourd’hui. Affaire à suivre, donc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s